Archives mensuelles : novembre 2018

Le miroir d’Halloween

Aujourd’hui, j’avais la flemme de recouvrir mes miroirs…… Une amie m’en a rappelé l’importance. Alors je me suis appliquée à le faire, puis j’ai cherché.

J’ai cherché dans mon dictionnaire des symboles, dans mon dictionnaire de la mythologie et de la religion celtique et dans le livre de Mara Freeman Vivre la Tradition celtique au Fil des saisons. Je n’ai rien trouvé sur le sujet. Pourtant, je l’ai souvent lu et entendu sur le net qu’il fallait recouvrir nos miroirs, la nuit où les esprits des morts viennent nous rendre visite, afin qu’ils ne voient pas leur reflet. Souvent l’explication qui m’en a été donné est que à la vue de leur propre reflet, ils pourraient être durement perturbés. D’autant plus quand certains d’entre eux n’ont pas conscience d’être mort.

Dans  mon Dictionnaire des symboles de J. Chevalier et d’A. Gheerbrant, on peut y lire :

« Que reflète le miroir ? La vérité, la sincérité, le contenu du cœur et de la conscience

Comme le Soleil, comme la Lune, comme l’eau, comme l’or, – lit-on sur un miroir chinois du musée de Hanoi –  sois clair et brillant et reflète ce qu’il y a dans mon cœur.

Ce rôle est utilisé dans les contes initiatiques d’Occident, dans les sociétés secrètes chinoises, dans le récit de Novalis Die Lehrlinge zy Sais, […] »

Le miroir y est également cité comme symbole de la sagesse et de la connaissance, symbole de la manifestation reflétant l’Intelligence créatrice, symbole de l’Intellect divin réfléchissant la manifestation le créant comme telle à son image.

« Cette révélation de l’Identité et de la Différence dans le miroir est l’origine de la chute luciférienne. Plus généralement, elle est l‘aboutissement de l’expérience spirituelle la plus haute […] »  chez de nombreux spirituels chrétiens, musulmans, chez les bouddhistes et les taoïstes.

Le miroir peut-être également symbole du Soleil, ou de la Lune.

Enfin, « L’utilisation taoïste du miroir magique est assez particulière : révélant la nature réelle des influences malfaisantes, elle les éloigne, elle protège contre elles. Aussi, place-t-on, de nos jours encore, au-dessus de la porte des maisons, un miroir octogonal portant les 8 trigrammes. Le miroir octogonal – qui est sans doute signe d’harmonie et de perfection dans le cas d’Amaterasu (déesse japonaise du Soleil) – est, en Chine, intermédiaire entre le miroir rond (céleste) et le miroir carré (terrestre). […] Au Japon, le kagami ou miroir, est un symbole de parfaite pureté de l’âme, de l’esprit sans souillure, de la réflexion de soi sur la conscience.

L’emploi du miroir magique correspond à l‘une des plus anciennes formes de divination. Varron dit qu’elle venait de Perse. Pythagore, selon la légende, avait un miroir magique qu’il présentait à la face de la lune, avant d’y voir l’avenir, comme le faisaient les sorcières de Thessalie. « 

Voici les quelques informations trouvées sur la symbolique des miroirs. Étrangement, l’usage du miroir est l’une des plus anciennes formes de divination. Samhain est une nuit favorable à divination. Néanmoins, nous devons éviter les miroirs. De plus, si les miroirs repoussent les entités malveillantes et malfaisantes, ce peut être utile pour cette nuit si particulière.

En fouillant sur internet, je suis tombée sur cet article intéressant : LES CHINOIS COMME LES JUIFS COUVRENT LES MIROIRS DANS LA MAISON DU MORT…

Dont cet extrait précisément : « Si la coutume est identique, les raisons semblent différentes. En Chine les  divinités ne doivent pas être exposées au cercueil ou au corps du défunt et aucun des participants à la veillée ne veut apercevoir le corps du défunt dans un miroir, car alors, il, ou quelqu’un de ses proches, serait le premier à le suivre.

Pendant la Shiva les sept jours de deuil prescrits chez les Juifs, les affligés tentent d’oublier les futilités, les plaisirs et surtout la coquetterie qui consiste à se regarder dans un miroir, pour pouvoir mieux se concentrer sur la perte du proche, se rapprocher de Hachém et  profiter pour se scruter soi même, mais pas dans un miroir. »

Couvrir les miroirs dans la maison du défunt durant la veillée funèbre était également pratiqué par les catholiques auparavant.

A la lecture de tout ceci, je m’interroge. Il est sûrement vrai que pour les esprits qui n’ont pas conscience de leurs morts, que cela peut être horrible de le découvrir en se voyant dans un miroir. Mais de ce que l’on raconte, ces esprits errent sur Terre et ne sont pas passés de l’autre côté. Ils seraient présents parmi nous tous les jours. Est ce que le fait que la frontière entre notre monde et l’Autre soient fine lors de la nuit de Samhain, cela puisse intensifier le pouvoir symbolique des miroirs ?

Je veux  bien croire que si l’on voit le corps du défunt dans un miroir, cela puisse causer un décès. L’être humain encore en vie n’est peut-être pas capable de voir et comprendre ce qu’il verrait dans le miroir : « le contenu du cœur et de la conscience » du défunt comme cité plus haut. Voire peut-être son Esprit. Et il faut empêcher l’esprit du mort d’être « distrait » afin de (re)trouver son chemin. Néanmoins, cette coutume de recouvrir les miroirs n’est-elle pas avant tout pour préserver / protéger les vivants de ce qu’ils ne sont pas en état de voir ou comprendre ? Est-ce que cela ne concernerait pas nous-même également ? Qu’en cette nuit si puissante, nous puissions apercevoir dans notre propre reflet une vérité que nous ne sommes pas prêt à accepter ?

Et si, également, la divination étant particulièrement favorable cette nuit-là, le pouvoir divinatoire des miroirs soient si décuplés que des personnes non préparées et/ou ignorant leur don de double-vue y aperçoivent des vérités du passé ou du futur ?

Je crois que c’est la première année où je fais vraiment attention à recouvrir tous les miroirs. Et je me sens sereine et protégée….

Je n’ai pas de réponse claires à mes questions, mais je me dis qu’ils seraient peut-être bon de développer le sujet.

 

Publicités