Archives mensuelles : juin 2017

Livre : Petits et Grands Mystères des Maths

Il est des livres qui vous font du bien  🙂

Au collège, j’avais été dégoûtée des mathématiques. Trop abstrait, c’était comme apprendre quelque chose qui n’avait pour moi aucun sens, ni raison d’être. Or, les mathématiques sont un domaine qu’on ne peut repousser éternellement quand on veut apprendre, ne serait-ce que dans les autres sciences. Et forcément dans mon cheminement druidique, je ne pourrais pas y faire l’impasse éternellement…3.

Ce petit livre destiné aux enfants de 7 à 77 ans a été un vrai plaisir à lire. On suit l’histoire d’une famille italienne. Essentiellement, celle de Filippo (surnommé Filo), un petit garçon de 8 ans et son grand-père, un professeur de mathématiques à la retraite. Chaque activité de la vie quotidienne est l’occasion pour ce grand-père d’aborder les mathématiques.  Mais ce que j’ai également aimé, c’est qu’il explique la personne, le contexte et le pourquoi de ces découvertes mathématiques. Je me suis retrouvée à m’amuser à retrouver les formules  apprises ou à faire les exemples donnés avant de lire la réponse. J’ai pris plaisir à redécouvrir Pythagore,Thalès et bien d’autres encore.  C’est le genre de petit livre qui réconcilie avec les mathématiques et qui nous montre que cette matière peut être amusante. Si je pouvais trouver ce genre de livre pour le niveau de difficulté au-dessus, ce serait parfait !

Un livre simple, agréablement écrit à lire et à relire 😀

Petits et grands mystères des maths d’Anna Cerasoli (Flammarion Jeunesse)

Les maths nous livrent leurs secrets ! De l’invention du boulier aux probabilités, en passant par les découvertes historiques de Pythagore, d’Archimède ou de Thalès, vingt leçons drôles et impertinentes pour découvrir ou redécouvrir les mystères, petits et grands, des mathématiques. Grâce à Filo, qui a toujours une question sur le bout de la langue, le quotidien se révèle une source d’expériences …. inépuisable !

Publicités

Alimentation : Manger local. Oui mais …

Manger local, c’est bon pour la planète et pour l’économie locale. Pas de transport de l’autre bout de la planète qui pollue et plombe votre bilan carbone. De plus, vous aidez les paysans à vivre de leur production. De plus, l’idée est de limiter au maximum le nombre d’intermédiaires qui vous plombent les prix !

Oui, mais voilà. Il n’est pas toujours évident de trouver des produits locaux. Dans les hypermarchés près de chez moi, les fraises locales sont noyées au milieu des fraises et tomates espagnoles, des champignons de Paris de Hollande ou de melons charentais du Maroc.

 

Heureusement, il existe des solutions. Certains magasins justement se spécialisent dans la vente de produits locaux.

Vous pouvez également vous inscrire dans une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) pour avoir un panier de fruits et légumes chaque semaine. C’est un engagement réciproque entre le consommateur et les agriculteurs biologiques locaux.  Néanmoins, pour une personne seule avec des goûts difficiles comme moi, ce n’est pas une solution. Le panier de l’AMAP est complété en fonction des produits dispos, donc vous n’avez pas le choix de ce qui s’y trouve. Et ce sont d’assez gros paniers à des prix très corrects. Très intéressant pour une famille, ce peut être trop grosse quantité pour une personne seule.

J’ai découvert il y a peu le système de la Ruche qui dit oui. Une personne fait le lien entre les agriculteurs et les consommateurs (en contrepartie, elle perçoit un petit revenu de la Ruche qui dit oui). Le consommateur fait sa commande à l’avance sur internet et comme ça, les producteurs savent exactement ce qu’ils doivent amener. J’ai lu de très bonnes critiques et des moins bonnes. Certaines personnes ne trouvent pas ce qu’elles veulent, car le choix est limité (le temps que ça se mettent en place ?) et trouvent les produits chers. Je n’ai pas encore eu l’intention de tester.

Un membre d’un groupe facebook où je suis inscrite  à répertorier les sites internet pour trouver où consommer local :

Moi, je passe par un magasin de produits locaux dont je suis très fan et dont je vous en parlerez plus à l’occasion 🙂

Donc manger local, participe d’une démarche écologique et économique ! Ben pas si sûr ….. Car à moins d’être entouré de paysans qui travaillent en agriculture biologique, vous pouvez vous retrouvez à ingérer des pesticides, perturbateurs endocriniens et autres toxines. Donc pas de pollution par le transport, mais une pollution par la technique de culture elle-même et un empoisonnement de de notre corps en continu.  Ce n’est donc pas toujours la solution de consommer local….