Obscurément vôtre

Cet article fait suite à mon article Ombre et Lumière et est une première tentative de réponse. Car je sens bien, qu’une seule réponse ne sera jamais insuffisante.

Je suis une affective. Ce qui, en psychologie, signifie que je suis une personne dans l’affect et l’émotionnel. Je vous laisse imaginer les situation délicates dans laquelle je me suis retrouvée à cause de cette forte partie de moi-même et de mon manque de lucidité dans certaines situations. D’ailleurs, quand j’arrive à prendre du recul et à retrouver ma lucidité, c’est dans ses moments que je décide de forts changements dans ma vie ou que je décide de couper les ponts avec des personnes « toxiques ».  Particulièrement dans le milieu païen.

Ce terme « toxique » en parlant de gens m’a souvent dérangée.  C’est un jugement. Une vision très réductrice. C’est voir la personne tout en noir. Or, les êtres vivants ne sont pas blanc ou noir, mais une vraie palette de couleurs.  Cependant, il faut appeler un chat « un chat ». J’ai  côtoyé des personnes adorables et foncièrement gentilles. Néanmoins, elles se sont avérées « toxiques » pour moi. Pour de multiples raisons. Elles sont perdues et sont très demandeuses d’attentions, d’énergies. Elles ne savent pas retrouvées seules leurs énergies et pour vivre sont de véritables « vampires énergétiques » (ce peut être de manière totalement inconsciente).  Elles ont simplement évolué de leur côté et plus rien ne nous unit. Essayer de maintenir à tout prix un lien qui n’existe plus peut devenir  « toxique ».  Et puis, bien entendu, il y a le lot de manipulateurs, mythomanes et « pauvres victimes » de la société qui cherchent les problèmes « mais c’est jamais de ma faute ». Ces êtres peuvent nous pousser dans nos derniers retranchements et dans de grandes colères. Mais avec le recul, elles sont plus à plaindre qu’autre chose.

Il m’est souvent arrivé d’avoir des changement de comportements que je ne comprenais pas moi-même. Je devenais agressive, fuyante, à mettre une barrière.  Pour après culpabiliser. Pourquoi une telle attitude  ? ou un tel manque de franchise parfois ? Pourquoi cet aspect sombre de ma personnalité alors que je prône l’honnêteté dans ma vie, mes rapports aux autres, mon paganisme ?

Une amie païenne me racontait qu’elle en avait marre des gens  qui évoquent et ne cherchent que la lumière du divin, des anges, etc, etc. Alors que l’obscurité est, comme la lumière,  partout omniprésente. Saurions-nous ce qu’est la lumière si nous n’avions pas remarqué son absence dans l’obscurité ? La lumière n’est-elle pas plus puissante, plus intense justement quand on l’y trouve ?

Enfin, j’ai compris.  Mon Ombre, elle est mon instinct de survie. Je ne vous parle pas de ma part animale ou de mon cerveau reptilien. Mon Ombre est cette partie profonde de moi-même qui m’indique quand ça ne va pas et qu’il faut que j’agisse pour me préserver.  Jusqu’ici, je ne savais l’entendre et c’est pourquoi je me retrouvais soumise à mon émotionnel et à agir de façon incohérente. Mon Ombre est cette fraction qui me pousse à voir au-delà de mes croyances et des cases que je me suis fixée/figée. Elle m’oblige à être lucide, à voir ce qui est, au-delà des apparences. Et maintenant que je le sais, j’ai encore moins d’excuse pour mal me comporter. Au contraire, mon Ombre me met face à mes responsabilités et elle me pousse toujours  à me préserver, me protéger. Elle me pousse également à agir. Que ce soit dans mes relations sociales ou dans mes relations au Divin.

Nos Dieux et Déesses ont leur part d’Ombre. Même si en tant qu’être humaine, ma compréhension du Divin est limitée, je me dis que si on perturbe l’équilibre de l’Univers, la rotation de la Roue cosmique, les Divinités feront appel à leurs côtés sombres et nous éliminerons sans gamberger.

Puis, c’est arrivé. Quand j’ai enfin ouvert les yeux dans l’obscurité , faisant face à mon Ombre, j’y ai vu la plus belle, la plus limpide des clartés ; débordant  la pénombre.

854b071e19133974a43de1bb1b4f1abb5c76cfc8

(Crédits : Flickr / MyBiggestFan)

 

[Photo prise sur cette page : Quand la science va de l’ombre à la lumière [Du 21 au 25 avril 2014] Note de la rédaction : la semaine scientifique de MyScienceWork ]

Publicités

11 réflexions au sujet de « Obscurément vôtre »

  1. wurtzele1

    En matière de métaphores l’obscurité est l’ignorance; la lumière=connaissance, savoir (cà voir). Dans l’obscurité la lumière aveugle ce qui rend le discernement compliqué sans l’aide de ceux qui voyent. Sans lumière, impossible de regarder son coté obscur: on ne voit rien. La lumière dissipe les ténèbres. En allant plus loin, les croyances de toutes natures ne sont qu’obscurité, puisque l’anti-thèse de la connaissance (la croyance étant un ersatz de la connaissance, puisque s’il faut y croire, c’est justement parce que l’on ne connait pas et si l’on connait, la croyance devient inutile). La religion et l’esprit religieux revient alors a de l’obscurantisme primaire, du pipeau destiné à rassurer des esprits naturellement superstitieux.

    J'aime

    Répondre
    1. Nom d'une Païenne Auteur de l’article

      Merci pour ton commentaire très intéressant. Il est vrai que l’obscurité est prise comme symbole d’ignorance. Quand je prie Bélénos, je lui demande souvent de m’apporter la clarté des connaissances pour écarter l’obscurité de l’ignorance.
      Mais lorsque j’ai découvert mon Ombre, ou disons que j’en ai enfin prise conscience, il ne s’agissait nullement de cette symbolique.
      Au contraire, il s’agit ici des profondeurs de notre être. Là où se mélange notre psyché, nos pulsions de vie et de mort, notre nature réelle. Dans les mythes grecs, Eros est né de Chaos. Thanatos est né de Nyx (la Nuit), elle-même enfant de Chaos. Hélios et Sélène, Soleil et Lune, sont nés après. Dans les profondeurs de la Terre, le manteau, magma incandescent, c’est le feu intérieur, puissant, rouge sombre. Nécessaire à la vie de la Terre, mais il n’est pas « Lumière  » comme on pourrait l’entendre. Mon Ombre ne m’empêche pas d’apprendre, ne repousse pas la Lumière. Mais elle m’oblige à aller au fond des choses et à trouver la lumière sous d’autres formes. Ma Lumière.
      Depuis que j’ai rencontré mon Ombre, Je suis moins dans l’émotionnel. Je ne suis pas non plus sans émotion.
      Mon but n’est pas d’anihiler ma Lumière. Mais bel et bien de prendre conscience et de vivre avec les deux. Les Dieux chtoniens et ouraniens. La vie et la mort. Deux faces d’une même réalité. Mais si tu en laisses une de côté, cette réalité est tronquée.

      J'aime

      Répondre
  2. wurtzele1

    L’erzats est un produit de remplacement, d’apparence, destiné à remplir une fonction. Il en va de même pour toutes les religions. Elles ne peuvent en raison de leur nature prétendre à aucune forme de connaissance. Cela ne veut pas dire, qu’elles ne peuvent contenir aucune vérité, mais simplement qu’elles seraient le pur fruit d’un hasard qui se résume aux lois de probabilités. La religion, n’est qu’une réponse superstitieuse et temporelle, à des questionnements philosophiques, il y en a eu des milliers avant l’infection des trois principales succès monothéïstes et il y en a sans arrêts de nouvelles qui s’élaborent. Toutes les sectes en sont. Il m’est donc impossible d’y voir une forme quelconque de lumière.., juste un tour de passe-passe pour esprits superstitieux. Le seul moyen véritablement logique pour accéder à la lumière est le chemin de connaissance qui exclue de facto, celui de la croyance.., puisque justement, elle en est un erzats pour les raisons précitées. 🙂

    J'aime

    Répondre
      1. wurtzele1

        J’avais compris, c’est la raison pour laquelle j’ai putilisé votre symbolisme.., afin de parler la même langue. C’est évidemment votre droit de ne pas être d’accord. Quand on affirme, quand on écrit on s’expose à l’adversité et celle-ci crée une dynamique où l’on s’oblige à fouiller son raisonnement, à en trouver les limites.

        J'aime

      2. Nom d'une Païenne Auteur de l’article

        En effet. Je sais que ma spiritualité païenne peut simplement s’expliquer par mon refus de la société actuelle, Mon besoin psychologique de trouver un sens à ce qui m’arrive, ce qui m’entoure.
        Mais je sais également que j’ai vécu,vu et ressenti des choses qui ne s’expliquent et qui me confirment l’existence des Divinités que j’honore. Seulement il s’agit de perceptions et d’expériences personnelles non quantifiables. Un païen dirait que le Divin s’adresse à moi par des moyens que je suis sûre de comprendre et que c’est normal que chaque expérience est unique. Un cartésien dirait que c’est le fruit de mon imagination et que je me suis conditionnée moi-même pour le vivre comme tel et qui ce n’est pas prouvable ça n’existe pas. Qui a raison ? Les deux. Quand des malades arrivent à se soigner avec des médicaments placebos, cela prouve qu’ils se sont conditionnés de manière inconscientes pour guérir. Et pourtant il s’agit juste de pensées positives qui provoquent sûrement tout un enchaînement de réactions chimiques dans notre corps. En parallèle, si je ne me prépare pas à percevoir les signes (sans partir dans l’outrance que « tout est signe »), je ne peux pas recevoir les messages que l’on m’adresse. Tout est imbriqué.
        Donc pour moi, l’essentiel est que cela ait du sens et de la cohérence. Comme je trouve ton raisonnement tout à fait sensé et cohérent, même si ce n’est pas le mien.

        J'aime

      3. wurtzele1

        Toutes les sectes du monde, des plus nuisibles à celles qui semblent « cohérentes », tiennent ce discours dans un déni de réalité, plus ou moins assumé. Effectivement, c’est parce que notre connaissance est limitée, que les sectes en profitent pour apporter des explications superstitieuses et en mettant en avant de biens subjectives sensations.. Bref, l’habituel fond de commerce.., rien de neuf sous le soleil 🙂 Le fait d’en avoir besoin est compréhensible, c’est une démarche naturelle.. on s’accroche à ce que l’on peut pour tenter d’avancer.

        J'aime

  3. Nom d'une Païenne Auteur de l’article

    Un de mes collègues que j’adore dit toujours :  » Une religion, c’est une secte qui a réussi  » 😂 . Le problème des croyances, mais aussi en politique ou dans la recherche, ce n’est pas le sujet lui-même, mais ce qu’en font les hommes.
    Après comment apporter de la spiritualité dans notre vie sans se fier à nos ressentis subjectifs ? La spiritualité n’est pas une science. Même si on peut être spirituel sans croire en un panthéon ou un dogme.
    Ou alors se contenter des connaissances qu’ apportent les sciences.
    Personnellement, si l’on m’ apprenait demain que nous sommes rien d’autres qu’un amas de cellules, que la Terre est sans âme, ….. franchement pourquoi vivre ?
    Quel sens donner à notre vie ? Se reproduire ? Amasser des connaissances ? Et après, c’est quoi la finalité ?
    La notion de cycle; de vie, de mort et de renaissance, que tout est imbriqué, même si cela peut avoir plusieurs sens, même si la vérité prend plusieurs visages, chercher au-delà des apparences et aller au fond des choses, découvrir chaque jour avec un nouveau visage, entre sciences et sens, intuition et inspiration , voilà ce qui me parle.

    Je n’ai plus qu’à aller planter un bel arbre de « superstitions » et jouer à Tarzan dans les branches 😂

    J'aime

    Répondre
  4. wurtzele1

    Toute démarche sincère est forcément rationnelle. Toute autre explication ne flatte que l’égo et la médiocrité. Ainsi va le monde.. On peut croire à l’amour, à des philosophies, la science ou à des hommes politiques.., une croyance reste la négation et le rejet de toute forme de connaissance, puisqu’elle en est techniquement l’antithèse!

    C’est bien en cela que nous restons des animaux superstiteux… La croyance saute d’un sujet à un autre en raison de notre grande lâcheté.

    Je me fous de n’avoir pas d’âme, de me savoir mortel. Ce qui est factuel, c’est que l’être humain est très lâche par nature et préfère s’inventer des histoires à dormir debout plutôt que devoir avouer son ignorance. Cela rajoute l’arrogance au manque d’humilité du croyant. Le non-croyant, ne peut même pas espérer convaincre, car il sait à quel point la démarche de déprogrammation d’un sectarisme est compliqué et que le chemin qui mène de la superstition à l’émancipation demande du temps et principalement le désir de connaissance. On naît superstitieux et on essaye d’évoluer. La béquille religieuse protège les personnes ayant peur du vide et de l’absurdité de l’existence. Des milliers de religions à travers les siècles et les latitudes, les unes aux antipodes des autres dans une déclinaison de dogmes aussi ridicules que farfelus. Les croyances païennes ont quand même le mérite de rendre une bonne place à la sexualité et à une saine luxure, mais ont d’autres défauts. En tous les cas, même avec les sacrifices humains (pour certaines), elles sont très loin des infectes et démesurés charniers qu’ont permis les sanguinaires et cruelles religions monothéïstes. Elles restent encore une vraie plaie pour l’humanité.

    A titre perso, chacun est en droit de se réconforter dans l’aliénation de son choix.., mais je ne suis pas persuadé que le verbe choisir est des plus approprié…

    J'aime

    Répondre
  5. Nom d'une Païenne Auteur de l’article

    Je suis déçue. Je pensais qu’on avait une discussion intelligente entre deux adultes d’opinions totalement différentes. Je n’ai pas cherché à te convaincre (franchement quel intérêt ? ) mais à exprimer uniquement mon point de vue personnel, tout en étant à l’écoute du tien. J’ai même choisi d’en rire car non je n’ai pas la connaissance infuse et que d’en rire m’aide à ne pas me prendre trop au sérieux .
    Au final, au vu de ce message, je suis remballée uniquement parce que je ne veux pas être convaincue par un discours rationnel ? Mise à part mon paganisme, Je n’ai pas droit à ma propre sensibilité, ma propre perception du monde ? Il faut que je rentre dans le moule que d’autres ont décidé pour moi ?
    Sincèrement, je suis ouverte à toute façon de penser du moment qu’il y a cohérence et respect. Mais être ouverte ne veux pas dire effacer ce que je pense et être d’accord avec le dernier qui a parlé. L’ouverture d’esprit n’est pas l’opposé de son indépendance intellectuelle.
    Là, Je ne me sens pas respectée. Donc je ne poursuivrai pas une discussion, qui au premier abord était instructive et intéressante et qui s’avère en réalité stérile et irrespectueuse.
    Et puis franchement, mon blog est à mon image, rempli de « superstitions » comme tu appelles mes croyances. . Il faut m’expliquer l’intérêt de s’y abonner alors qu’il est évident que ce que j’y écris ne te convient pas . Il y assez de diversités sur le net pour ne pas avoir besoin de manquer de respect à des gens qui ont un avis divergent du tien.
    Non en faites ta réponse ne m’intéresse pas, Mais je sais rester polie. Bonne soirée.

    J'aime

    Répondre
  6. wurtzele1

    Mes arguments ne sont pas irrespectueux, ils sont contraignants. Nuance…

    Cependant, une philosophie et en règle générale, tout ce qui concerne le monde des idées n’a pas à être respecté. C’est une confrontaton sans concession, car les arguments n’ont pas à devoir soufrir de limites. Le respect ne concerne que l’être humain et non pas ses égarements philosophiques et son manque de logique. Vos limites semblent facilement atteintes.., probablement celles de la jeunesse…

    En creusant un peu sur mon blog, vous serez surprise de constater que je suis un passionné de l’histoire des religions, des sociétés initiatiques.. autrefois d’ésotérisme avec les habituels déclinaisons allant jusqu’à l’occultisme avec une longue expérience et en cotoyant des personnes de tous ses univers.

    Je vois bien que vous ne semblez pas en mesure d’hausser le niveau des objections, alors que j’en avais encore beaucoup sous le pied pour des développements plus pointus. Désolé, je me suis trompé sur vous et je n’interviendrais plus!

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s