Le Caylar, mon Pays des Brumes

cimg9741

 

C’est un gros rocher à l’entrée du plateau du Larzac, surmonté d’un calvaire, que l’on voit de l’autoroute. Décrit comme cela, il n’y a pas de quoi rêver .

Et pourtant … En passant à proximité, j’ai toujours senti comme un appel. Je me suis parfois arrêtée sur l’aire de l’autoroute, mais sans jamais prendre le temps de gravir les quelques mètres qui me séparaient du sommet.

Un jour d’hiver, il faisait un soleil magnifique et un Mistral puissant. J’avais décidé de faire une balade dans l’arrière pays. Une fois sur place, je n’étais plus aussi motivée. Le ciel était bas, il bruinait et l’endroit ne me semblait pas accueillant. Soit. Changement de  programme, va pour Le Caylar. Je  pars à l’assaut du plateau par les petites routes. En haut, surprise. Il neige ! Je pénètre un autre monde. Le plateau apparaît devant moi désert. Seuls les quelques flocons lui donnent un semblant de vie. La brume s’invite dans mon équipée.

Le Caylar apparaît au bout du chemin. Je sors la grosse doudoune, car il fait vraiment froid et je commence la petite montée. Des petits panneaux indiquent l’histoire de ce lieu. Une occupation du lieu connu depuis le Moyen-Âge, les dernières fouilles ont permis de retrouver des traces de vie dès la Préhistoire. L’hypothèse d’un oppidum y est même énoncé.

cimg9704

Je suis seule sur le chemin et le brouillard omniprésent me donne le sentiment d’être seule sur Terre. Le froid et le manque d’exercice me coupent les jambes.

cimg9722

La petite église se dessine. Je passe devant et me dirige vers les rochers du sommet. Tout est blanc. La neige, le ciel. L’autoroute a complètement disparu, Je n’entends même pas son écho.

cimg9742

Comment raconter cet instant. Je me suis sentie coupée du temps, coupée du monde profane. Je sentais cette énergie m’envahir et me sentir tout autre. Mes yeux ne savaient où se poser, tant la beauté semblait infinie. Je pris un élément de ce lieu pour m’en rappeler la force et la magie. Je laissais une offrande alimentaire en retour. Pendant une semaine, c’est comme si mes pieds ne touchaient pas terre et que mon esprit était resté là-bas.

cimg9749cimg9733

 

Depuis, j’y suis retournée. L’instant fut plus posé mais toujours aussi fort. Je ne sais quelle(s) entité(s) y habite(nt). Un lieu de plus où retourner pour rencontrer ses habitants. Je n’ai juste pas encore trouvé la méthode 🙂 .

cimg1697cimg1646cimg1644

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s