Je n’aime pas le Féminin Sacré….

Mais je tiens à préciser que c’est à titre personnel. Je ne vais pas critiquer les femmes qui s’y intéressent et qui le pratiquent.

Pourtant, c’est un sujet qui m’a intéressé il fut un temps. Période où j’avais besoin de prendre confiance en ma féminité. Période également où je prenais conscience que la féminité ne se résumait pas à être un objet de séduction, mais qu’elle pouvait avoir une véritable profondeur et me rattacher à ma spiritualité et aux cycles.

J’ai même tendance à croire que les hommes ont plus de mal à comprendre l’aspect cyclique de la vie, du faites que nous la vivons pleinement. Oui, j’ai une tendance à être un peu gynocrate 😛 (ce mot n’existe pas, mais zut ! S’il n’y a même pas d’antonyme à « phallocrate », moi je l’invente !)

Je suis même assez féministe.  Quand je vois tous les clichés, les injustices, les propos déplacés que subissent les femmes au quotidien, cela m’insupportent pleinement ! Mais je peux remplacer le mot  » femmes », par  » handicapés »,  » personne de couleur « , « pauvre », etc. En faites, c’est l’injustice dans son ensemble que je ne supporte pas.

J’aime cette idée de femmes qui se réunissent, s’unissent, partagent des expériences autour du Féminin Sacré. Mais étrangement cela me dérange aussi.  Pour moi, en intégrant un tel groupe, sûrement très enrichissant d’ailleurs, j’aurais le sentiment de me couper complètement d’une partie de moi-même.

De ma partie masculine ? Même pas. Je sais que nous avons tous une part masculine et une part féminine. Mais je me vois avant tout comme une et entière. Au-delà de ce découpage des genres intérieurs. J’aurai le sentiment de me détourner des Divinités masculines que j’honore, de ne pas écouter mon être et mon ressenti dans son ensemble.

Je reste une grande fan des soirées entre copines (les hommes, vaut mieux que vous deveniez sourds plutôt que de nous entendre ! 😀 ) et je pense que c’est un temps nécessaire à prendre dans ma vie quotidienne comme dans ma vie spirituelle. Néanmoins, je ne me souhaite pas m’enfermer dans l’aspect féminin.

Après; il y a peut-être un dernier aspect qui me refroidit dans le Féminin Sacré, c’est le mythe du matriarcat.  J’ai eu ma période où je l’ai fantasmé . Mais en grattant un peu le sujet, il s’avère que toutes les personnes, plus ou moins sérieuses, qui ont abordé le sujet, en définissant le matriarcat comme le plein pouvoir aux femmes, ont fait valoir leur opinion sans réel argument ou preuve. Il s’agissait avant tout d’une interprétation personnelle. Attention ! Je ne dis pas que ça n’a jamais existé ! Mais si le matriarcat a été une forme de pouvoir par le passé, je crains que ce fut beaucoup plus limité dans le temps et l’espace qu’on ne le pense.

Par contre, je crois en la lignée matrilinéaire qui a prévalu par le passé. A l’origine, il n’est pas dit que nos lointains ancêtres faisaient le lien entre sexualité et naissance.  Est-ce que les femmes étaient monogames ? Nous étions sûrs de la mère, mais du père ? Les lignées matrilinéaires se retrouvent encore de nos jours dans certaines cultures. Et je crois que s’il n’y avait pas de matriarcat dans les premières civilisations, il ne devait pas pour autant y avoir de patriarcat. Chacun devait s’associer au meilleur de ses capacités  pour réussir le but ultime : survivre.  Vous remarquerez que je n’ai également aucun argument ou preuve à vous avancer. Il s’agit surtout d’une interprétation personnelle de mes lectures et de mes réflexions.

Articles Wikipédia :

  • Liste des sociétés matrilinéaires
  •  Matriarcat => « D’autres théoriciens soutiennent qu’il n’implique pas de domination des femmes sur les hommes. » Si la matriarcat est pris sous cette définition, alors oui, je crois au matriarcat.

S’il y a le Féminin Sacré, il doit égalementy avoir le Masculin Sacré. S’il y a le féminin,il y a toujours son pendant masculin. Et ben là, c’est un truc qui me dépasse totalement. Moi qui critique souvent les hommes de ne rien comprendre et de ne faire aucun effort pour se mettre à la place des femmes,  pourraient me faire un beau retour de bâton à ce sujet. Pour moi, c’est le vide intersidéral. Je n’ai aucune idée à quoi ça pourrait correspondre.Une sorte de confrérie guerrière ? Mouais, un peu réducteur pour le Masculin. Si un jour, un païen veut me dire ce qu’il en pense, je suis toute ouïe.

Ce qui est pour moi réellement sacré, c’est l’étincelle de vie qui nous habite. Après travailler le Féminin ou le Masculin, pourquoi pas. Mais ériger le genre en sacré, c’est pour moi le mettre dans une case. Brrrrrr.

Du coup, je me sens toujours en décalage avec les païennes qui prônent le Féminin Sacré. Elles sont très intéressantes et souvent passionnées :-D, mais communiquer avec elles sur le sujet est plutôt embarrassant pour moi. Je ne voudrais pas toucher aux croyances au risque de blesser par une parole maladroite. Et hélas, dans ce genre là, je peux être douée.

298381_1

Peut-être que c’est parce que je me sens plus Solaire que Lunaire et que jusqu’ici, c’est l’aspect lunaire que j’ai vu privilégié. En dehors de mes menstrues, le sujet de la Lune me parle peu. Peut-être que
cela vient tout simplement de ma conception de croyances. Peut-être parce que j’ai plusieurs divinités masculines bien présentes dans mon panthéon personnel, en plus de Déesses, et que je vois ces Dieux bien plus qu’avec la fonction de partenaire de la Déesse. Ou alors, je n’ai rien compris. 😛 C’est possible aussi .

Publicités

3 réflexions au sujet de « Je n’aime pas le Féminin Sacré…. »

  1. Anne Ferlat

    Chère Madame,

    Votre article souligne plusieurs points très intéressants et appelle plusieurs remarques : l’intérêt pour le féminin sacré ou le fait de s’y référer n’implique pas nécessairement la promotion du matriarcat qui est effectivement une autre forme de domination. Ensuite, le Soleil était féminin dans les anciennes langues germaniques, d’aucuns parlent d’une inversion des pôles à une époque très reculée, et incarne une énergie féminine (mythologie lituanienne par exemple, le soleil est une déesse). Le féminin sacré ne revêt un intérêt, donc, que par rapport au déni qu’il a subi. Pour nombre de personnes, il s’est surtout agi de le faire resurgir, voire de le revendiquer de façon militante parfois après des siècles de victimisation.

    Bien à vous.

    J'aime

    Répondre
  2. Anne F

    Chère Madame,

    Votre texte est très intéressant et appelle plusieurs remarques : la question du féminin sacré n’est pas nécessairement en relation avec le matriarcat qui est effectivement une autre forme de domination. Par ailleurs, il n’est pas lié à la lune comme le montrent nombre de mythologies : le soleil est une déesse dans la mythologie lituanienne, il était féminin dans les langues germaniques (d’aucuns ont même parlé d’une inversion des pôles pour expliquer ce phénomène). En le revendiquant, il s’est surtout agi de le faire resurgir après des siècles de déni et de victimisation. Il est implicite et explicite tout comme le masculin sacré ou du moins le sacré revêt-il féminin et masculin tout à la fois.

    Bien à vous,

    J'aime

    Répondre
    1. Nom d'une Païenne Auteur de l’article

      Ch-ère Anne,

      Merci de votre commentaire. Pour ce qui est du Matriaracat, j’ai beaucoup aimé le lien de Wikipédia que j’ai mis dans l’article, car il pose justement le problème de sa définition. Certains le définissent comme le pouvoir des femmes sur les hommes quand d’autre le définissent de la manière suivante :  » Initialement, « matriarcat » était employé dans le sens de « système de parenté matrilinéaire », tandis que le patriarcat désignait bien, comme l’indiquait son étymologie, un système social dominé par l’autorité masculine, symbolisée par la figure du père « .
      J’ai trouvé vraiment instructif cet article qui fait justement apparaître que tout le monde ne donne pas le même sens à ce mot.
      Pour ce qui est des divinités solaires féminines, c’est vrai que j’ai souvent tendance à les oublier. Il serait peu-être intéressant que je m’y intéresse justement. Dans mon panthéon, le Soleil est masculin et se nomme Bélénos. Et je le ressens comme tel 🙂 .
      Je ne nie pas le besoin que les femmes ont eu besoin de mettre en avant leur Féminité, sa puissance souvent désavouée dans nos sociétés patriarcales « après des siècles de déni et de victimisation. » Et hélas, ce n’est pas encore fini, puisque je le ressens encore.
      Mais de ce que j’ai lu sur le Fémnin sacré jusqu’ici est qu’il était essentiellement rattaché à la Lune, au Matriarcat et que la démarche était vraiment poussée à l’extrême. Je peux comprendre que des femmes s’y retrouvent et y trouvent leur équilibre.
      Mais me rattachant à un paganisme précis, le druidisme, qui ferait bien des fois d’être moins machiste, je ne me reconnais pas dans le Féminin Sacré tel que je le lis et je le découvre ici et là. Je le ressentirai réellement comme une cassure intérieure si je devais l’intégrer.

      Pour ce qui est du Masculin sacré, je continue à sécher.

      Bien à vous 🙂

      J'aime

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s