Faire soi-même

Je n’arrive pas à savoir si c’est mon amour de l’histoire qui a influencé mes croyances ou l’inverse.

Toujours est-il que je ne me vois pas vivre  mes croyances,  aborder mon panthéon, sans m’intéresser aux peuples qui le vénéraient. Les Celtes.

Cette année, au mois de mai, je me suis rendue aux Jeux Romains de Nîmes.J’y ai retrouvé des amis. Dont des reconstituteurs romains. Les Jeux Romains sont l’occasions de scènes historiques rejouées : l’accord passé entre les Romains et les Volcques Arécomiques pour devenir alliés, en prêtant serment sur la source sacrée du dieu Nemausus. Ou encore une scène de sacrifice romain à la gloire de l’empereur (sic !).

Oui, parce que des gaulois alliés aux Romains, il y en a eu. Mais ceci est une autre histoire.

Bref, j’ai cogité et j’ai décidé de me faire plaisir. L’année prochaine j’y retourne en costume de gauloise et je prévois des offrandes pour la source (offrande spontanée  de deux pièces de monnaie cette année, essayons de faire mieux).

Mon idée est la suivante :

  • robe de dessous en lin blanc, à manches courtes, bordées de galons si possible (et surtout s’il ne fait pas trop chaud)
  • robe de dessus en lin sans manche. J’ai acheté par correspondance un magnifique tissu en lin à grands carreaux bleu et marrons. Problème il est beaucoup plus foncé que sur la photo. Et s’il fait aussi chaud que cette année, je vais cuire sur place. Mais le tissu est tellement beau que je trouverai autre chose à faire avec !
  • des brogues ou chaussures gauloise en cuir, je n’ai pas le matériel ni les compétences. Je vais donc devoir les acheter toutes faites. Et pour avoir de la qualité, je vais devoir y mettre le budget.
  • un sac pour mettre les affaires (portable, porte feuilles et surtout de l’eau ! oui parce que la source n’est pas potable). En tissu ? En cuir ? J’y réfléchis encore….
  • une ceinture. Il y a le choix entre une ceinture en cuir mais je n’ai pas de modèle gaulois ou une ceinture tissée.

J’ai pris l’option ceinture tissée.

J’ai donc explorer le net et j’ai trouvé ces liens vraiment intéressant :

http://clairedesbruyeres.com/tissage/tissages-aux-plaquettes-et-au-peigne/

https://mickytissages.wordpress.com/tutoriels/tutoriel-tissage-tablettes/

Si j’ai appris quelque chose avec le temps, pourtant une évidence mais je m’emballe toujours, c’est de commencer pas compliqué. Donc j’ai décidé de tisser une ceinture au peigne. Un peu de carton, un peu de tri dans mes pelotes de laine et me voilà lancée !

ceinture

Ce n’est pas de l’art, ce n’est pas régulier, ce n’est pas de la laine 100% naturelle, mais je m’éclate !

Tisser est répétitif, tout en demandant un minimum d’attention et de précision pour avoir un résultat correct. Mais ça laisse partir l’imaginaire. Je repense parfois aux Parques et aux Moires. Ce lien, ce fil, qui passe dessus, dessous avec régularité. Mais si nous manquons de prudence, il est trop lâche et la ceinture se défait, trop tendu, il peut se casser. Un peu comme notre rapport à la vie. Savoir trouver le juste milieu. Et aussi le plaisir d’être dans l’instant, concentrée sur ce que je fais, centrée 😀

Et mon esprit s’évade, dessus, dessous, tasser le fil pour une bonne tenue, continuer, dessous, dessus, ……

Cela me rappelle mon entrée dans la clairière, au printemps 2014. Pour l’occasion, je m’étais fait un bracelet en macramé blanc et rouge.  J’avais écrit un texte que j’avais dis à voix haute :

 » […] Je laisse, derrière moi, peurs et doutes pour mieux renaître

Et je me présente à vous, humble, Dieux et Déesses

Rouge dehors, Blanc dedans

Blanc dehors, Rouge dedans.

Par ce bracelet noué, je vous offre mes voeux :

Blanc, la sagesse et l’humilité

Rouge, la force vive et le courage.

Puissiez-vous les accepter comme marque de mon entrée dans la voie sacrée. […] « 

Puis j’ai jeté mon bracelet au feu sacrificiel, avec mes autres offrandes : pommes, framboises de mon jardin, etc.  J’ai toujours des peurs et des doutes. Mais ce jour-là, j’ai laisser mourir ceux qui me faisait hésiter d’entrer dans la voie sacerdotale druidique.

Et me voilà à perdre le fil de mon sujet  😉 .

J’accorde beaucoup d’importance à faire par moi-même. Quitte à y renoncer après réflexion, car ça demande trop de matériel (mon budget n’est pas illimité), une technique qui demande un peu d’apprentissage et du temps. Car ça donne plus de sens, plus d’investissements dans l’objet. Et j’en éprouve toujours une certaine satisfaction. Même s’il est raté. Car c’est moi qui l’ai fait et j’ai éprouvé du plaisir à le faire.  Mais quand je fais une offrande aux Dieux : biscuits maisons, bracelet en macramés, fleurs de ma terrasse, etc, j’y trouve vraiment plus de sens.

Les noisettes et les pommes, c’est pas mal non plus  ! 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s